Carl Jung qui nomma l’archétype féminin chez l’humain, « anima » et celui masculin animus, écrivait en décrivant la relation entre animus - anima :

« Comme l’ancienne science était presque exclusivement un domaine dans lequel seulement l’inconscient masculin était projeté, la nouvelle psychologie devra reconnaître aussi l’existence d’un psyché féminin autonome ».

 

Les avancées faites en neurosciences ces dernières décennies viennent confirmer les hypothèses et démonstrations de Shri Mataji à travers la méditation sahaj, sur les cerveaux gauche -féminin et émotionnel- et droit - rationalité et esprit cartésien- de l'être humain: les deux sont d'égale importance: des émotions équilibrées donnent toute sa puissance et son efficacité à l'esprit cartésien et logique. Dans son ouvrage 'l'intelligence émotionnelle', Daniel GOLEMAN écrit '' des perturbations affectives durables portent atteinte aux facultés intellectuelles d'un enfant et l'empêchent d'apprendre convenablement...Malgré leur potentiel intellectuel, ces enfants risquent de connaître des problèmes, comme l'échec scolaire, l'alcoolisme et la délinquance, à cause d'une mauvaise maîtrise de leur vie affective''.

Après avoir consulté Shri Mataji et d'autres sommités dans le domaine de la spiritualité pendant plusieurs années, l'UNESCO préconise l'enseignement et pratique de la méditation non seulement pour établir un monde de paix et des comportements non-violents, mais également pour le développement économique et social. 

 

Les 8 et 14 Mars 2015 à Paris vous êtes invités à découvrir une énergie maternelle en chacun de nous et ses pouvoirs. Une fois éveillée, cette énergie, la Kundalini, nous permet d’expérimenter l’équilibre entre les deux archétypes, féminin et masculin (yin et yang), qui sont présents en chacun et qu’on utilise dans la vie de tous les jours. Cet équilibre nous permettra par la suite d’atteindre l’état de Yoga, d’union de notre propre Kundalini avec l’énergie omniprésente qui nous tient en vie, nous nourrit, et nous amène vers une évolution spirituelle.

L’éveil de cette énergie se fait spontanément (sahaj) en présence d’une autre énergie éveillée, comme une bougie allume une autre bougie, selon la technique donnée par la Mahayoginie Shri Mataji Nirmala Devi qui a initié cette méthode.

Méditation Sahaj

L'expérience est accessible à tous avec des effets tangibles:

 

Sahaja Yoga est une méthode unique de méditation basée sur une expérience appelée la Réalisation de soi (activation de l’énergie Kundalini). Dans son ascension, la Kundalini régénère et nourrit les centres d’énergie ou Chakras pour finalement sortir au sommet de la tête (la fontanelle). C’est alors que nous entrons naturellement en méditation.

 La réalisation du Soi ouvre la possibilité à une transformation intérieure par laquelle l'individu retrouve des vertus morales et un équilibre - physique, mental et émotionnel :

  • Un équilibre familial et social
  • Une meilleure gestion du stress et des difficultés de la vie
  • Une meilleure santé physique (découvrir quelques bienfaits de la méditation)  
  •  

    L’expérience est bien concrète. Il s’agit de la découverte d’un appareil spirituel intérieur dont l’existence se révèle aussi réelle et perceptible que celle de notre appareil digestif ou respiratoire. Cet instrument fonctionne en complète harmonie avec le système nerveux.

    La pratique de la méditation sahaj donne à la conscience humaine la possibilité d’acquérir une nouvelle dimension - la conscience vibratoire La manifestation de la Kundalini se fait sous forme de vibrations (du terme sanskrit Chaitanya) fraîches et apaisantes ressenties au-dessus de la tête et dans les mains. C’est un processus vivant qui nous informe de l’état d’équilibre ou des tensions qui existent dans notre corps subtil.

 

Extrait d'une Interview de Shri Mataji sur Liberty Radio à Londres en Angleterre le 12/07/1999

 

"C'est une technique connue depuis bien longtemps, mais traditionnellement, cet éveil n'était accordé qu'à une personne sur des milliers. On avait d'abord l'habitude de mettre les candidats à l'épreuve, de les purifier, et leur faire faire toutes sortes de choses. Et ce n'est qu'au bout de toutes ces épreuves que cette personne l'obtenait.

Cela se passait donc d'une personne à une autre personne. C'était la tradition. Seulement, ce que pour ma part j'ai fait, c'est essayer de comprendre les êtres humains et la nature des problèmes dont ils souffrent. Pourquoi ne pas avoir la Réalisation en masse ? Et cela a marché, ça s'est déclenché, et je fais ce travail."