La Kundalini - une energie féminine sacrée

 

« Tous les peuples qui ont eu une morale ont respecté la femme »

Jean Jacques Rousseau- Emile ou l’éducation

 

 

Depuis les temps les plus anciens les hommes ont honoré et adoré le Principe Féminin, beaucoup, avant toute déité masculine. Des idoles et figurines féminines ont été découvertes dans des lieux sacrés (entourés des monolithes, ou dans des grottes) datant de plus de 25 000 ans.

La connaissance de cette énergie féminine la Kundalini qui nourrit l’arbre de la vie (le corps subtil) est elle aussi très ancienne. Ses représentations « Kundal» enroulée trois fois et demie comme elle se trouve dans l’os sacrum chez les êtres humains, abondent sur des poteries anciennes ou dans des temples, sur tous les continents et dans toutes les cultures.

La culture Gumelniţa, définie à partir des fouilles du tell (colline : terme archéologique qui provient de l’arabe) éponyme de Gumelniţa, marque, à côté d’autres cultures plus ou moins contemporaines, la période énéolithique en Roumanie pendant le Vème millénaire av. J.C.

Ci-joint un objet appartenant à cette culture où on peut observer le symbole de cette énergie féminine.

 

Vous connaissez certainement le caducée qui a toujours symbolisé la paix, l’harmonie et l’équilibre. Transmis de l’Inde à la Grèce et utilisé par Hippocrate (400 Av JC) on le retrouve aussi de nos jours utilisé par des organisations médicales.

 

Les 2 serpents représentent les systèmes nerveux sympathiques droit et gauche. La colonne centrale étant le parasympathique. Les ailes expriment la libération. Les deux canaux s’entrelacent et forment 7 nœuds (les centres d’énergie).

 

 

Cette connaissance nous la retrouvons bien avant Hippocrate avec une magnifique représentation d'un caducée de 2150 avant JC sur une coupe du prince Gudea de Lagash (Mésopotamie) (la timbale se trouve actuellement au musée du Louvre)

 

 

 

Michel-Ange, guidé par une inspiration divine représente sur les plafonds de la Chapelle Sixtine le serpent de la connaissance (figure féminine) dans une position évoquant le caducée. Le désir de la connaissance pure conformément à Sahaja yoga s’exprime au niveau du deuxième centre d’énergie sur le côté gauche, le côté féminin, le Ying (Eve).

 

 

Découvrir le système subtil...