Une vision féminine de la spiritualité

Je veux être plus petite,

Comme un grain de poussière

Qui vole avec le vent

Il va partout

Il peut

S’assoir sur la tête d’un roi

Ou il peut aller

Et tomber aux pieds de quelqu’un

Et il peut aller

Et se poser n’importe où

Mais je veux être un grain de poussière

Qui est parfumé

Qui est nourrissant

Qui sait illuminer

 

(Poème écrit par Shri Mataji

à l’âge de sept ans)

 

 

 

Quarante années de vie publique et d’innombrables voyages autour du monde pour propager le message de sa vie, la « Réalisation du Soi », n’ont eu raison de l’immense compassion et amour qui ont animé cette personnalité hors du commun.

 

Shri Mataji a travaillé inlassablement au service de la société et de la paix dans le monde. Elle a apporté une vision unifiée d'une humanité réconciliée avec elle-même, démontrant que les maux qui nous assaillent, individuellement ou collectivement, peuvent trouver en nous-mêmes une fin durable.

 

En un mot, Shri Mataji a non seulement répondu à la question de la Connaissance de Soi mais elle a donné aux hommes et aux femmes, quelles que soient leurs origines, le moyen d’y accéder et de partager cette découverte.

 

Elle a rendu à la spiritualité sa véritable dimension.

Chapitre 6 (extraits)

LES RELIGIONS (extraits du livre "Les temps méta modernes" par Shri Mataji Nirmala Devi,

ed Publisud)

Depuis toujours, toutes les religions ont dit que l'homme et la femme devaient purifier leur esprit par diverses pratiques religieuses et en menant une vie vertueuse. Le but de chaque religion était d'établir l'équilibre en toute chose pour mettre le chercheur sur la voie de l'évolution. On peut appeler la « Réalisation du Soi » de plusieurs noms : Seconde Naissance, état de Wali, plénitude de l'Etre, état de Bouddha, état de Jaïn, de Gnostique, Atma sakshatkar. Cela se passait plutôt bien autrefois, car les gens avaient toujours le désir de mener une vie honorable tournée vers le bien, et également le désir de s’élever à une plus haute conscience. On obéissait aux saints, aux prophètes ou aux incarnations et on s'efforçait de faire tout ce qu'ils demandaient.


En Inde, au seizième siècle, nous avons eu beaucoup de grands saints qui étaient aussi des poètes. Déjà au douzième siècle, nous avions de très grands écrivains qui traitaient de la vie spirituelle. Le thème principal était qu'il fallait se purifier pour évoluer. Nous devons nous purifier. Et l’objectif le plus important qu'il nous faut atteindre, c'est notre Seconde Naissance, la Réalisation du Soi, le Salut. Il était admis que c’était le but de l'existence humaine.

[…]
Selon la Bible, la sharia est contenue dans le livre de Jérémie. Ces lois furent données par Moïse aux juifs qu'il trouva en pleine décadence lorsqu'il revint du Mont Sinaï avec les Dix Commandements. Il pensa alors que ces gens avaient besoin d'un code de conduite très strict pour accéder à une certaine discipline morale et à une certaine pureté, sinon des individus aussi immoraux ne pourraient jamais avoir accès à la spiritualité. Les juifs n'acceptèrent pas la sharia mais elle fut adoptée plus tard par les musulmans. Ceux-ci, voyant que les juifs n'acceptaient pas ces lois, décidèrent de les mettre par écrit pour ceux qui voulaient suivre l'islam, terme signifiant « soumission à Dieu ». Dire que la sharia a été promulguée par Mahomet est, je crois, une mauvaise interprétation. Il n'aurait pas pu faire cela : il prêcha lui-même pendant toute sa vie le Rahmat (la compassion), comment aurait il pu évoquer des lois aussi sévères pour les femmes ?
En tout état de cause, toutes ces religions sont très difficiles à suivre. Le Christ a dit qu'il fallait se purifier, contrôler son attention et faire son introspection pour voir ce qui ne va pas en soi puis essayer de se corriger. Dans l'Evangile selon saint Mathieu, il va plus loin : « Si votre œil commet un péché – y compris un regard adultère porté sur une femme – il vaut mieux que vous l'arrachiez. Si votre main fait quelque chose de mal ou commet un péché, coupez-la ! » Egalement : « Si quelqu'un vous frappe sur une joue, tendez-lui l'autre ! » Pouvez-vous imaginer des chrétiens tolérer ne serait-ce qu'une gifle ?
[…]

On découvre ainsi que dans les pays chrétiens, les gens se comportent de manière diamétralement opposée à l'enseignement du Christ. Celui-ci avait introduit un aspect très subtil de la pureté en déclarant : « Tu n'auras pas d'yeux adultères. » alors que dans les Dix Commandements, il était simplement dit : « Tu ne commettras pas l'adultère. » Si vous êtes observateur, vous serez choqué de constater qu'il est extrêmement difficile de rencontrer en Occident un homme ou une femme qui n'ait pas d'yeux adultères. En dehors de ceux qui sont aveugles ou trop vieux pour flirter du regard, leurs yeux se promènent de l'un à l'autre avec concupiscence ou convoitise. Il est difficile de comprendre comment leur attention passe aussi rapidement de personne en personne, à moins que certaines boulons du cerveau n'aient lâché ; comme les yeux d'une poupée qui ont perdu leurs fixations. Leurs yeux se mettent à bouger très vite lorsqu'ils flirtent. Cela peut tourner à la folie ou à l'obsession pour une chose ou pour une autre. Comment l'attention humaine peut-elle se disperser à ce point dans des quêtes sans intérêt ?
Après le Christ vint le prophète Mahomet. Il pensa peut-être que toutes ces règles n'avaient été écrites que pour les hommes. Mais qu'en était-il des femmes ? Il se dit alors qu'il fallait faire quelque chose pour les femmes. Bien sûr, il n'a pas dit comme les musulmans le croient, qu'elles devraient être humiliées ou torturées. Il a dû dire que si elles suivaient le sentier de la moralité absolue, les hommes automatiquement les suivraient, car ce sont les femmes qui font les hommes. Il respectait celles qui étaient des saintes. Il avait un grand respect pour la Mère du Christ et aussi pour les femmes en général […]Mahomet, qui était l'incarnation du Maître Primordial (Dattatreya), savait qui était la Mère du Christ. Dans Sahaja Yoga, elle est vénérée comme la manifestation de Mahalakshmi (la Grande Déesse). Mahomet ne voulait pas que les femmes se conduisent mal ou deviennent des prostituées. L'islam comporte des châtiments très sévères pour la femme mariée. On prétend que le Prophète a dit dans le Coran : « Toute femme immorale doit être à moitié enterrée dans le sable et lapidée » (parfois jusqu'à ce que mort s'en suive). Je me demande s'il a vraiment dit cela ou bien si ce sont les paroles de Mu'âwiya qui a édité le Coran. Mais la manière dont les pays musulmans suivent cette règle dès qu'une femme est considérée comme débauchée, est vraiment criminelle. Quoi qu'il en soit, il est très difficile dans ces temps modernes de trouver des gens vraiment droits, d'après le modèle que concevait le Prophète. C'est principalement sous le joug de la peur que les musulmans semblent avoir de la morale.
Mahomet acceptait qu'un homme épousât plusieurs femmes, car il ne voulait pas que les femmes aient de relations en dehors du mariage. A cette époque, beaucoup de femmes survivaient à leurs maris tués au cours des guerres tribales. Un grand nombre de jeunes filles n'avaient aucune chance de se marier, car beaucoup de jeunes gens mouraient durant les campagnes qui opposaient les tribus à Mahomet. Toutes les actions qu'il entreprit à l'époque (Samyachar) NDT : savoir s’adapter aux circonstances étaient vraiment essentielles pour créer une nouvelle génération de gens très purs et pleins de compassion. Non seulement Jésus-Christ et Mahomet étaient tous deux divins, mais ils étaient aussi des incarnations avec une mission bien spéciale à remplir sur terre : la purification par l’abandon de l’ego et des conditionnements. Tous les fondamentalistes sont extrêmement égocentriques, aveuglés par leurs conditionnements alors même qu'ils croient être à la tête de la meilleure religion. Malgré leurs proclamations, il s'en faut de beaucoup qu'ils soient proches de quelque religion que ce soit.
Les âmes divines de très haut niveau qui sont venues sur cette terre n'ont peut-être pas vraiment compris à quel genre de personnes elles prodiguèrent ces précieux avertissements. Vous pouvez constater par la suite que ces gens qui prétendent suivre l'islam ou le christianisme réagissent de manière très différente. En fait, est-il possible de recommander à l'homme moderne de contrôler son attention ou son mental, et de découvrir par l'introspection et la prière (namaz) ce qui ne va pas en lui ? Ces pratiques sont devenues un processus mécanique qui s'est développé à travers les âges. Les gens ne comprennent pas pourquoi ces prescriptions ont été indiquées ni pourquoi il faut les suivre : pour comprendre Dieu Tout Puissant et essayer de refléter fidèlement Sa bienveillance, Sa grandeur et Sa divinité.
Réciter des prières sans être connecté (yoga) avec Dieu, revient à parler dans un téléphone débranché. Les namaz sont une méthode pour nettoyer les chakras mais cela ne fonctionne que si la Kundalini a été éveillée.
En ces temps modernes, nous voyons sur cette terre des êtres humains d’un type bien différent. Ceux qui suivent aveuglément les diktats d'une religion aveugle sont appelés fondamentalistes, mais ils ne savent rien des fondements de la religion. Il leur faut se connaître eux-mêmes, savoir qui ils sont et ce qu'ils doivent devenir grâce à leur religion. Ils doivent réaliser quelle genre de société ils ont produit jusqu'ici. Quand ils essaient de suivre quoi que ce soit, avec un aveuglement aussi intense, ils deviennent un problème pour eux-mêmes et pour le monde entier. Ils ont couvert de honte toutes les grandes incarnations et toutes les grandes religions. […]

Les Soufis, au sens authentique du mot, étaient des âmes réalisées. J'ai rencontré beaucoup de chercheurs de Vérité en Turquie. La poésie de Yunus Emre est tout à fait céleste. Comment a-t-il pu parler ainsi de religion universelle et d'Amour divin ? Il a décrit l'homme comme étant la plus haute créature, façonnée par Dieu à son image. En Inde, nous avons eu Nizamuddin Auliya, Amir Kushro, Moinddin Chisti, Kabirdas, Shri Sainath de Shirdi ou Kanifnath. Ils ont tous prêché la même vérité qui affirme l'unité du monde.
[…]

En réalité, dans le Coran, Hazrat Mahomet n'a jamais fait de l'islam une religion exclusive. Il a parlé avec beaucoup de respect de Moïse, d'Abraham, du Christ et de sa mère. Malgré cela, les musulmans croient être les seuls justes. Les juifs et les chrétiens croient aussi que leur religion est la seule correcte. Un autre problème se pose : les musulmans croient que Mahomet est le seul et unique messager reconnu par Dieu, les chrétiens croient que le Christ a apporté le dernier mot et les juifs attendent encore leur Messie. Si ces incarnations avaient vraiment été les dernières à se manifester, pourquoi Mahomet aurait-il dit qu'il allait envoyer la douzième et dernière incarnation des Imams ou Mahdi ? Et pourquoi le Christ aurait-t-il dit qu'il enverrait l'Esprit-Saint ? On ne peut pas prédire combien de temps encore les juifs vont attendre leur Sauveur. Ils se lamentent et pleurent devant le Mur des Lamentations, ils portent la Torah dans de petites amulettes, mais en fait, le plus important pour eux est de récolter l'argent qu'ils ont prêté et d'acheter des diamants à n’importe quel prix.


Les musulmans qui ne sont pas suffisamment instruits pour comprendre le Coran dans son essence, se prennent pour les soldats du Djihad. Ce Djihad est mené par des gens instruits, dominés par leur ego, et très rusés. Ils n'ont même pas lu le Coran qui a été édité quarante ans après la mort de Mahomet. Celui qui a fait établir le texte du Coran était un homme extrêmement cruel qui tua Hazrat Ali, ses deux fils et deux autres califes. On dit que la mère du cinquième calife mangea le foie cru du quatrième calife. Combien de musulmans vont mourir dans ce Djihad ? D'un côté, ils font toujours plus d'enfants pour former une majorité musulmane, et de l'autre, ils se font tuer par milliers ! Le Djihad est imminent et les musulmans sont une vraie menace pour la paix et le progrès de chacun des pays où ils vivent. Mahomet a déjà dit : « Si vous ne vous connaissez pas vous-mêmes, vous ne pouvez pas connaître Dieu. »
La seule manière de dépasser cette image de brutalité, c'est de devenir un Wali ou un authentique soufi. Voici ce dont les musulmans ont besoin : trouver la paix dans leur existence, grâce à la Réalisation du Soi. Il en va de même des juifs et des chrétiens. Ils croient dans la même Bible, et les musulmans aussi bien que les juifs croient à l'Ancien Testament mais ils s'entre-tuent. Cela brise vraiment le cœur de voir que les fondamentalistes des différentes religions s'entre-tuent alors que, dans le monde entier, des hommes ont pu entrer dans le Royaume de Dieu comme il avait été promis. Puisse Dieu les bénir avec le bon sens et la sagesse ! Ils devraient recevoir leur deuxième naissance. « Connais-toi toi-même », voilà le début de la transformation.


On peut comprendre pourquoi ces trois religions, le judaïsme, le christianisme et l’islam sont devenues extrêmement agressives. A leur commencement, il y avait beaucoup d'agitation, de troubles et d'agressions et cela pouvait aller jusqu'à l’extermination des fidèles. Par conséquent, ceux-ci fondèrent leur religion sur la guerre pour se défendre et se protéger. Toutes parlaient d'amour mais la vengeance devint le courant de fond de ces religions. Et chacune se réfère à un Livre, le sien. Elles se sont égarées dans un labyrinthe de mots (Shabda Jalam).
Nous avons vécu la même situation en Inde. Lorsque les hindous furent opprimés par les envahisseurs musulmans, le besoin d'une nouvelle force se fit sentir pour lutter contre cette calamité. C'est ainsi que naquit la religion sikh. A chaque famille hindoue du Punjab, on demandait un fils, sans doute le fils aîné, pour qu'il entre dans la religion sikh et lutte contre l'invasion musulmane. Les autres hindous restèrent passifs et absorbés dans la recherche de leur évolution intérieure. On trouve également d'autres religions comme le bouddhisme ou le jaïnisme. Ces religions acceptaient la souffrance et croyaient en la tolérance. Elles croyaient aussi en la compassion. Malgré tout, ceux de leurs disciples qui avaient beaucoup développé leur mental en s'instruisant ou en s'attachant au ritualisme, se divisèrent petit à petit en diverses tendances. Certains hindous fondèrent une nouvelle religion appelée Arya Samaj. Elle s'opposait au ritualisme de l'orthodoxie hindoue et croyait en un Pouvoir sans forme. Les adeptes de cette religion sont extrêmement agressifs dans leur argumentation. Ils représentent une autre catégorie de ceux qui croient tout savoir en matière de spiritualité. Il est difficile de communiquer avec eux ou de les convaincre qu'ils n'ont pas encore dépassé le niveau mental. Les hindous croyaient en la tolérance, mais, plus tard, ils furent opprimés à leur tour par les musulmans et les chrétiens, et commencèrent à se battre pour se défendre.
Viennent ensuite les religions chinoises qui croient à la non-violence, plus pour les animaux que pour les êtres humains. A toutes ces religions absolument magnifiques et sublimes, on a donné une nouvelle forme comportant une attitude agressive. Les conditionnements des religions ont divisé les êtres humains. La seule manière de résoudre ce problème est de réaliser que toutes les religions sont une dans leur essence et que toutes doivent être respectées. On ne devrait pas appartenir à une religion unique mais à toutes ou plutôt, à celle qui est à l'intérieur de soi-même, c'est-à-dire la religion innée et éclairée. Cette religion est en chacun de nous et nous pouvons l'appeler la religion universelle, pure et innée. On comprend alors la véritable signification de la laïcité selon Gandhi : non pas s'assurer des votes comme cela se pratique actuellement en Inde, mais établir l’unité intérieure innée.
[…]

 

Il existe dix principes religieux de base qui sont les valences de la personnalité humaine. Ils correspondent aux Dix Commandements. Lorsqu'ils se détériorent, les êtres humains tombent dans la confusion ou deviennent agressifs. Les Maîtres Primordiaux se sont incarnés plusieurs fois sur terre pour rééquilibrer l'homme en prêchant l'amour et la discipline morale, mais les adeptes ont fait un gâchis de leur enseignement. Avec Sahaja Yoga, la religion universelle innée de l'Amour divin est éveillée en nous, le chercheur devient spontanément et véritablement religieux et développe une personnalité éclairée et forte, droite, morale, paisible et pleine de compassion. [...]